Critique : X-Men Days of Future Past

Critique : X-Men Days of Future Past

Tout le monde en parle, c’est à mon tour de faire ma critique de ce dernier X-Men, qui nous parle de voyage dans le temps, du coup forcément, fallait que je le voie !

Attention aux spoilers, je prendrai pas de gants, vous savez donc ce qui vous reste à faire si vous ne voulez pas vous faire avoir.

 

L’histoire

L’histoire prend place dans un futur apocalyptique où les X-Men luttent contre des sentinelles redoutables qui s’adaptent à leur mutation, le problème c’est que ces sentinelles attaquent aussi ceux qui aident les mutants, en gros le monde est bien en bordel !

Après avoir échappé une énième fois aux sentinelles, Xavier et Magneto, maintenant copains comme cochon, sans qu’on sache pourquoi, se rendent compte que vu que Kitty Pride peut ramener une personne dans son esprit plus jeune du passé de quelques heures, elle peut peut-être le faire pour empêcher la guerre. Ca leur vient comme ça alors que ça fait des années qu’ils luttent…

Sauf que comme c’est trop facile d’envoyer n’importe qui, il faut bien sûr que ce soit difficile de survivre à un voyage de plusieurs décennies, alors comme y a qu’un super-héros qui se régénère et qui est trop badass et qui fait vendre des billets de cinéma, alors on décide d’envoyer Wolverine en 1972 pour empêcher Tyrion Lannister de créer les sentinelles (enfin c’est plutôt Bolivar Trask, joué par Peter Dinklage, mais c’est tellement plus fun de mixer les univers !).

Tyrion en plein procès.... euh... Bolivar Trask à la Maison Blanche !

Tyrion en plein procès…. euh… Bolivar Trask à la Maison Blanche !

 

F*ck la continuité !

Premier constat assez amer du film, c’est la continuité qui est complètement fichue au placard…. On essaye de vous faire gober que la saga est cohérente à grands coups d’extraits des films précédents, sauf que le problème c’est que la continuité est clairement mise à mal. Déjà d’entrée de jeu, le professeur Xavier est vivant et a son apparence habituelle, alors qu’il meurt dans le 3 et revient par miracle dans un autre corps dans une scène post-générique qui ne fut jamais prise en compte par la suite.

On ne parlera pas non plus de Xavier vieux qui marche dans X-Men Origins : Wolverine, alors qu’il est blessé jeune dans X-Men : Le commencement….

Bref il semble que ce cher professeur est clairement un problème dans ce film. Alors si les producteurs nous disent d’oublier X-Men 3, et X-Men Origins : Wolverine, ça me fait doucement rire, puisqu’ils utilisent des images du 3 pour résumé ce qu’a vécu Wolverine….

On a aussi Kitty Pride qui d’un coup se retrouve super forte et capable de ramener en arrière des gens, le tout expliqué par une phrase, comme ça… gros WTF ?

La bande-annonce pouvait nous faire craindre aussi un problème de continuité sur le Xavier jeune, mais ça a une explication, j’y viens….

Exemple de continuité foireuse : Toad apparait dans le premier X-Men, mais il n'a pas DU TOUT cette gueule là !

Exemple de continuité foireuse : Toad apparait dans le premier X-Men, mais il n’a pas DU TOUT cette gueule là !

 

F*ck la crédibilité, big up la facilité !

Justement cette histoire de jeune Xavier qui marche alors qu’il est handicapé à la fin de X-Men : Le Commencement, on pouvait craindre que Bryan Singer s’en tamponnait de l’épisode précédent pour faire ce qu’il veut, mais non, il y a une explication… mais bonjour le capillotractage !

En effet, il fallait SURTOUT pas que ce soit facile de convaincre Xavier d’aider Wolvernie. Parce que bon normalement il lui suffit d’entrer, que Xavier lise dans son esprit, et hop il sait que c’est vrai et c’est parti pour l’aventure. Non non, là on a trouvé un truc pour qu’il ait pas son pouvoir et qu’il puisse marcher par la même occasion, un sérum pour soulager Xavier qui souffre de son pouvoir parce qu’il déprime… Le même Xavier qui dans X-Men : Le Commencement faisait preuve de beaucoup de sagesse et qui encaissait sans trop de problème le départ de Mystique, se retrouve déprimé depuis 10 ans parce que Mystique s’est barré, qu’il a pas pu monter son école à cause de la guerre du vietnam, bouh bouh bouh. Alors il a ce sérum, qui lui permet au moins de marcher, mais qui supprime son pouvoir, c’est tout de suite VACHEMENT plus dur pour Wolverine de le convaincre qu’il vient du futur et que le monde va être détruit.

Malgré ça il y arrive plutôt pas mal et du coup ils vont avoir besoin de Magneto qui est prisonnier au Pentagone pour avoir tué JFK, rien que ça…. alors ils vont au Pentagone accompagnés d’un mutant, Quicksilver, qui va très vite, et ça leur suffit à entrer comme ça tranquillou pour aller chercher Magnéto, et Xavier en profite pour lui mettre un pain dans la tronche parce qu’il est pas content que Magnéto ait fait partir Mystique… De mémoire dans le précédent film, il n’a pas franchement bronché, il n’était pas en colère non plus…

Bref je vais pas raconter tout le film non plus, mais on sent qu’on a changé quelques trucs pour faciliter les péripéties et se passer de devoir expliquer telle ou telle chose, ou pour nous balancer du bon gros cliché à la tronche. Mention spéciale au Paris de 1973, où on diffuse forcément Claude François dans les boîtes… Et où il est obligatoire d’afficher la Tour Eiffel ! Sans oublier l’infirmière qui parle français avec un accent, alors qu’elle est censée être française, merci les américains…

Oui en 2014 un héros torturé se doit d'avoir les cheveux longs, même s'il est totalement chauve des années après.

Oui en 2014 un héros torturé se doit d’avoir les cheveux longs, même s’il est totalement chauve des années après.

 

Du positif aussi

J’ai un peu l’air de cracher sur le film, mais il y a aussi beaucoup de positif. Malgré le scénario un peu cliché, les facilités, la Tour Eiffel faite pour prendre le spectateur pour des cons pour leur dire, en plus d’écrire en gros « Paris », qu’on est à Paris… Bah le tout est quand même vachement grisant !

Beaucoup d’action, de retournements de situation, on doit empêcher un événement passé, ce qui amène à plein de rebondissements. Les acteurs sont tous très bons (à part Evan Peters qui en fait un peu des caisses, mais c’est sans doute le personnage qui veut ça), même Omar Sy, qui nous fait totalement oublier qui il est, même s’il apparaît assez peu.

Je parlais de continuité non respectée, je pense que le but de ce film est aussi de faire table rase et partir sur des bases saines. Puisqu’en effet, les films précédents sont totalement effacés à la fin, Jean Gray et Scott sont vivants, Iceman et Malicia sont ensemble, bref, un happy ending qui permet aux futurs films de s’affranchir totalement de la chronologie malmenée par plus de 10 ans d’incohérences.

Les effets spéciaux sont eux aussi de très bonne facture et à aucun moment on ne sort du film parce qu’il y a quelque chose de raté ou de mal fait, une vraie réussite.

Mais surtout le film propose des scènes parfois très intenses, et franchement épique, comme cette scène où les deux Xavier se parlent ou encore ces scènes, placées en début et en fin de film, où l’on voit tous les personnages mourir (pas sans combattre, bien évidemment). C’est d’ailleurs jouissif de voir certains pouvoirs en action, notamment ceux de Blink avec ses portails.

Au final, on passe malgré tout un très bon moment, un peu entâché de cette impression d’être pris pour un idiot, et ces raccourcis scénaristiques.

Cette scène est jouissive !

Cette scène est jouissive !

Je terminerai par une mention spéciale à James McAvoy, je le suis depuis Le Monde de Narnia, je n’ai pas vu tous ses films, mais il me bluffe à chaque fois, et là encore il joue son rôle à la perfection (après on adhèrera ou pas au Xavier torturé, on va dire que c’est la mode… Il fallait bien un héros torturé maintenant que Wolverine est super confiant, badass, et qu’il a enterré ses vieux démons). Et puis je me dois de dire que ça fait du bien un réalisateur gay dans le monde d’Hollywood, au lieu de nous montrer du nibard, des petites culottes et de la fesse de nana, là on a le droit en début de film à un plan large sur le magnifique cul de Hugh Jackman ! Ca change 😀

Petit bonus : Omar Sy en Bishop :)

Petit bonus : Omar Sy en Bishop 🙂

Tout le monde en parle, c'est à mon tour de faire ma critique de ce dernier X-Men, qui nous parle de voyage dans le temps, du coup forcément, fallait que je le voie ! Attention aux spoilers, je prendrai pas de gants, vous savez donc ce qui vous reste à faire si vous ne voulez pas vous faire avoir.   L'histoire L'histoire prend place dans un futur apocalyptique où les X-Men luttent contre des sentinelles redoutables qui s'adaptent à leur mutation, le problème c'est que ces sentinelles attaquent aussi ceux qui aident les mutants, en gros le monde est bien en bordel ! Après avoir échappé une énième fois aux sentinelles, Xavier et Magneto, maintenant copains comme cochon, sans qu'on sache pourquoi, se rendent compte que vu que Kitty Pride peut ramener une personne dans son esprit plus jeune du passé de quelques heures, elle peut peut-être le faire pour empêcher la guerre. Ca leur vient comme ça alors que ça fait des années qu'ils luttent... Sauf que comme c'est trop facile d'envoyer n'importe qui, il faut bien sûr que ce soit difficile de survivre à un voyage de plusieurs décennies, alors comme y a qu'un super-héros qui se régénère et qui est trop badass et qui fait vendre des billets de cinéma, alors on décide d'envoyer Wolverine en 1972 pour empêcher Tyrion Lannister de créer les sentinelles (enfin c'est plutôt Bolivar Trask, joué par Peter Dinklage, mais c'est tellement plus fun de mixer les univers !). Tyrion en plein procès.... euh... Bolivar Trask à la Maison Blanche !   F*ck la continuité ! Premier constat assez amer du film, c'est la continuité qui est complètement fichue au placard.... On essaye de vous faire gober que la saga est cohérente à grands coups d'extraits des films précédents, sauf que le problème c'est que la continuité est clairement mise à mal. Déjà d'entrée de jeu, le professeur Xavier est vivant et a son apparence habituelle, alors qu'il meurt dans le 3 et revient par miracle dans un autre corps dans une scène post-générique qui ne fut jamais prise en compte par la suite. On ne parlera pas non plus de Xavier vieux qui marche dans X-Men Origins : Wolverine, alors qu'il est blessé jeune dans X-Men : Le commencement.... Bref il semble que ce cher professeur est clairement un problème dans ce film. Alors si les producteurs nous disent d'oublier X-Men 3, et X-Men Origins : Wolverine, ça me fait doucement rire, puisqu'ils utilisent des images du 3 pour résumé ce qu'a vécu Wolverine.... On a aussi Kitty Pride qui d'un coup se retrouve super forte et capable de ramener en arrière des gens, le tout expliqué par une phrase, comme ça... gros WTF ? La bande-annonce pouvait nous faire craindre aussi un problème de continuité sur le Xavier jeune, mais ça a une explication, j'y viens.... Exemple de continuité foireuse : Toad apparait dans le premier X-Men, mais il n'a pas DU…

Résumé

Acteurs
Effets spéciaux
Musique
Scénario
Personnages

Sympa mais peut mieux faire !

Un des meilleurs X-Men, après l'excellent Le Commencement, malgré quelques facilités scénaristiques.

72