Les gens lourds dans les transports…

Les gens lourds dans les transports…

Je ferai sûrement plusieurs articles de ce genre (je pense déjà prévoir un « les gens lourds au supermarché »). En fait je vais décrire des catégories de gens qui saoûlent dans la vie de tous les jours, ou qui font rire, ou qui font peur, ou qui font pitié. Bref, une petite tranche de critique gratuite en gros lol

Alors commençons par les transports en commun ! On a tous eu à prendre le bus, ou bien le tram, ou encore le métro… Ici je me baserai sur ce que je vois à Bordeaux, donc si vous avez d’autres idées (si vous prenez le métro à Paris par exemple), les commentaires vous attendent 🙂

 

La « nana »

À la fois chiante et ridicule, la « nana » nous donne envie de lui foutre des baffes tant elle entretien le cliché de la fille superficielle.

Déjà, il sera facile de la reconnaître : elle a au moins un élément de son look qui est rose, ça peut être le dessin sur le t-shirt, le gilet, le sac à main, les chaussures, ça peut même aller jusqu’à la coque de portable ou le portable lui-même. Si elle n’a pas un iPhone, elle aura d’ailleurs assurément un portable disponible en rose, ou bien un portable qu’elle aura relooké en rose. (Ce midi, une était subtile, son mini-short était rouge et blanc, mais en la regardant textoter sur son téléphone, j’ai vu qu’elle avait un Lumia 800 noir… avec l’interface rose fuschia, bingo !!!)

Cet élément ne suffit pas à qualifier la « nana ». En effet, une femme peut porter du rose sans faire partie de cette catégorie. Mais là où ça ne trompe pas, c’est sur ce qu’elle fait quand elle est dans le bus/tram ou en train d’attendre à la station. Si elle est seule, elle va passer son temps à envoyer des SMS à ses choupinettes de copines, et quand vous arrivez à voir ce qu’elle envoie, c’est plein de smileys, de coeurs, et « L écri com sa ». Si elle est avec ses amies, vous pourrez pleinement apprécier l’étendue de son vocabulaire, avec des gros mots tout le temps, et vous pourrez en plus profiter des derniers potins en Dolby Surround 30.1, sans oublier leurs rires absolument insoutenables pour les oreilles à tel point qu’on aimerait leur coller sur le front la mention « L’écoute prolongée peut endommager l’oreille de l’utilisateur ».

Et ça ne s’arrête pas là !!! La « nana » a un besoin irrépressible de s’asseoir, et ce peut importe l’endroit, du moment que c’est proche. Alors vous êtes assis tranquillement, il y a peu de monde, donc vous pouvez vous étaler car il y a de la place partout, ben non, la « nana »  viendra de toute façon s’asseoir à côté de vous, avec ses sacs de shopping et son gros sac à main, sans même dire pardon ni faire le moindre effort pour pas trop vous faire chier. Non, mademoiselle prend la place qui lui revient de droit et peu importe si vous êtes écrabouillés contre la vitre… Et quand il y a du monde et que vous êtes debout, et qu’elle descend du tram, elle ne va pas se faufiler, non, elle y va franchement, se prend son sac à main rose bonbon ou rose fuschia (selon l’envie de faire vomir son entourage) dans le fil de vos écouteurs, ou bien vous bouscule sans ménagement, sans dire pardon, et même plutôt l’inverse, à voir son regard ensuite il faudrait presque vous excuser d’avoir été sur son chemin.

La « nana » est donc une créature à la fois dangeureuse et vomitive, un genre de créature qu’on aimerait exterminer de la surface de la Terre… Enfin c’est ptet parce que je suis gay, si ça se trouve un hétéro aura envie de la sauter pour la calmer, grosse erreur dans ce cas, il risque un jour de se retrouver la bague au doigt et de vivre dans le monde d’Hello Kitty et des Bisounours, prenez garde !!!

 

Le(s) désespéré(s)

J’utilise un (s) parce que ça peut s’appliquer à une ou plusieurs personnes selon l’affluence, bien qu’en général il s’agisse de plusieurs personnes à la fois, j’utiliserai donc le pluriel dans le reste de ce paragraphe.

Les désespérés ne se repèrent pas au premier coup d’oeil et sont beaucoup plus visible dans le cas du tramway où du métro. En effet, le désespéré fera, tel un castor en manque de bois, un barrage de son corps lorsque vous voudrez sortir du tram. Les pauvres ont désespérément besoin d’entrer, le plus vite possible, et pour cela peu importe si les autres ne peuvent pas descendre ! De toute façon ils sont collés à la porte avant même que le tram ait fini de s’arrêter, et gare à vous si vous leur demandez de laisser les gens descendre, soit vous aurez un papy/mamy rebelle (on va les voir plus loin) qui vous insultera, soit vous serez fusillé du regard tant cela leur paraît inconcevable d’attendre 30 secondes de plus.

Parfois, les désespérés laissent descendre, mais c’est tout ! En gros, si le barrage n’est pas devant la porte, il est tout autour, et impossible d’aller où que ce soit, et hors de question de demander de laisser passer !

En gros les désespérés doivent vouloir à tout prix s’asseoir, ou alors ils ont peur que le tram parte avant qu’ils puissent monter, ou alors ils sont juste stupides…

 

Le papy/mamy rebelle

Ah, on a tous eu affaire aux vieux dans les transports en commun, il y a les gentils, à qui on laisse la place et qui disent poliment merci.

Et puis il y a les rebelles, ceux qui croient que tout leur est dû, et que vous devez faire leurs 4 volontés. Ceux-là sont détestables. Déjà ils ne décrochent pas un mot, et si vous restez assis à ta place sans les laisser s’asseoir, ils vous fixent d’un regard impatient, comme si ça coulait de source, et que, en tant qu’esclave servile, vous vous deviez de comprendre immédiatement qu’il est là et qu’il doit s’asseoir. Dans un genre tout autre, on a aussi la mamy à qui on laisse gentiment ta place et qui envoie bouler en disant « ah non, je peux encore marcher ! »… Sinon tu peux aussi dire « non merci, c’est gentil » poliment…

Et il y a ceux qui ont la place dans tous le tram, mais qui peuvent pas s’empêcher de s’asseoir à côté de vous, alors que vous étiez tranquille, votre sac posé sur la place d’à côté. Généralement cette espèce là vous demande de s’asseoir d’un simple « Je veux m’asseoir là », sur un ton sec. Ils s’asseoient, et s’ils descendent au même arrêt que vous, attention, vous n’avez pas le droit de vous lever avant lui, sous peine de vous prendre sèchement « je descend là », comme si ça allait les tuer de se lever 3 secondes plus tôt pour aller vers la porte.

Et on a enfin ceux qui refusent la moindre remarque, quand le vieux rebelle fait partie des désespérés, si vous avez le malheur de faire remarquer « laissez descendre, s’il vous plaît », on peut avoir de belles répliques avec des mots bien fleuris.

 

Le SDF/pochtron/malade mental

Je les mets tous dans la même catégorie, parce que ceux-là ont généralement les mêmes comportement (encore qu’on pourrait séparer les SDF seuls, et les SDF avec des chiens). Eux ils montent dans le tram sans payer (et agressent les contrôleurs quand ils se prennent une amende, normal), ils prennent les groupes de 4 places à eux tout seul pour plusieurs raisons :

– Soit ils mettent leurs pieds sur les sièges et laissent des trace de boue/merde de chien

– soit ils se sont déjà pissé dessus et sentent à des kilomètres à la ronde du coup personne ne se met à côté

– soit ils sont terriblement flippants, que ce soit dans le genre gueule violente, ou dans le genre tellement bizarre qu’on a peur qu’il fasse des trucs

Généralement, ces gens puent… soit ils puent la pisse, soient ils puent l’alcool, soit ils puent on ne sait pas trop quoi, mais une odeur désagréable. Quand ils montent dans un tram blindé on a qu’une hâte c’est pouvoir descendre tellement ça sent mauvais !

Et puis il y a les SDF avec des chiens, alors eux tu t’étonne pas qu’ils aient pas d’argent, étant donné qu’ils ont 5 chiens, que des molosses, et donc tout ce qu’ils gagnent passe dans la bouffe pour le clébard, à moins que ce dernier mange les gens….

Alors lui ne s’emmerde pas, il prend énooooooormément de place, vu qu’il faut que tous ces chiens se mettent quelque part. Quand ils ne viennent pas vous renifler, ils s’allongent sur vos pieds, ou alors ils pissent dans le tram ce qui vous oblige à vous déplacer pour éviter l’odeur et la coulée de pipi qui dégouline dangereusement vers vous… Mais au-delà de ça, il y a la pitié, quand on voit ces chiens terriblement maigres, que le mec frappe quand il les engueule, on se demande s’il n’a pas ses chiens juste pour faire peur plutôt que par réel amour de ses animaux… Et le pire c’est qu’on ne peut rien y faire.

Pour le pochtron, en plus de puer l’alcool ou la pisse, il peut carrément fusionner avec le malade mental. Le type il parle, on sait pas à qui, on sait pas de quoi, rien n’est intelligible, à se demander s’il est pas plusieurs dans sa tête. Et puis une fille passe et là, éclair de lucidité, le type mate généreusement dans le décolleté ou derrière elle, avant de repartir dans son délire. C’est un peu le cas navrant qui fait se demander quel plaisir peut-il bien y avoir à se mettre dans cet état ? Ou quel besoin aussi, se donner en spectacle et attirer l’attention ? Pour quoi faire ?

Et pour le débile mental, on pourrait penser qu’il a un problème, mais non, c’est le type comme vous et moi, mais qui va se mettre à gueuler sans raison, qui va critiquer la terre entière, qui va te tenir une couche sur la politique en racontant n’importe quoi. Celui-là est envahissant car on culpabiliserait presque de devoir descendre, l’empêchant ainsi de finir sa longue tirade indigeste. La meilleure parade est encore d’avoir des écouteurs pour vous protéger.

 

Les jeunes

Ils sévissent plus souvent la nuit, sont nombreux, et souvent bourrés. Ceux-là vous les rencontrez à la sortie des séances de ciné du soir, vous êtes fatigué, avez hâte de rentrer, eux vont vous donner encore plus envie de rentrer chez vous. Ils crient, ils chantent des chansons, très mal la plupart du temps, et avec des paroles plutôt affligeantes (« C’EST LA GROSSE BITE A DUDUUUUUUUULEEEEEEEEUUUUHHHH, J’LA PREND J’LA SUCE ELLE M’ENCUUUUUUUUULEEEEEEEEEEEUUUUUUUHHHH !!!! »). Et quand parfois ils te remarquent, l’air sérieux, fatigué, ils se moquent de toi, ils croient que t’entend pas, que tu vois pas, mais si, tu les vois, tu les entends, et tu les détestes…

En plus généralement, ces groupes sont des bourgeois bien clichés avec la chemise sur laquelle est délicatement posé un léger pull avec les manches nouées devant, et ils ne sont pas bourrés à la bière, non madame ! Ils sont bourrés au vin ! Donc en plus de faire du bruit et de vous donner envie de meurtre, ils vous rappellent votre place dans l’échelle sociale, oui…. en bas… Enfin à moins que vous soyiez riches aussi, auquel cas faut pas vous étonner hein, je suis jaloux :p

 

Le pressé

Lui, il fait généralement partie des désespérés, il doit s’asseoir au plus vite, mais ce sera lui aussi le premier levé. Dans le bus il sera même prêt à appuyer sur le bouton 5 arrêt avant le sien, et sera posté devant la porte immédiatement après avoir appuyé. Dans le tram, il se plaque devant la porte 3 stations avant, histoire d’être sûr de descendre très vite. Il fait pas de mal, mais il est drôle !

 

Les étrangers

Qu’on soit clair, je ne suis ni raciste, ni xénophobe, mais dans le tram de Bordeaux, il y a une quantité de gens d’origine étrangère (que ça soit l’Europe de l’Est, le Maghreb ou ailleurs, qu’ils aient la nationalité française ou pas) assez effarante, et ce sont toujours ceux qui parlent le plus fort. Oui, même la « nana » ne leur arrive pas à la cheville, ceux-là vous proposent un film en version originale non sous-titrée chaque fois qu’ils passent dans un tram, ils hurlent dans leur langue, on ne comprend rien, mais on a pas le choix. Et là où le bât blesse, c’est qu’ils sont en bande, généralement tu as une marmaille de 5 ou 6 gosses qui courent partout, ou qui s’assoient à côté… pardon… SUR vous. La mère généralement fait son tricot en racontant à sa copine, mère de quelques uns des gosses aussi, plein de choses qu’on comprend pas. En gros ils sont chez eux, ils font leur petite vie, comme s’il n’y avait personne !

 

Les « caillera »

Ah eux je peux pas les voir en peinture non plus. Non pas qu’ils soient forcément de vraies racailles, ils en ont les vêtements (généralement composé de diverses parties de survêtement avec une casquette et éventuellement des piercing sur le visage), la dégaine et la façon de parler (en verlan). Ceux-là, ils se font remarquer soit avec leurs fringues plus moches les unes que les autres, ils parlent fort, ils ont souvent des coiffures ridicules ou des coiffures militaires, et surtout, ils prennent 4 places pour deux, leurs pieds ayant mystérieusement besoin d’une place. Généralement ils mâchent du chewing-gum et ne se gènent pas pour le cracher par terre dans le tram ou sur le quai. À peine sortis, c’est un petit crachat sur le quai également. En gros, ils ont tous les droits, et gare à vous si vous leur faites une remarque, si ce sont de vraies racailles vous allez en prendre pour votre grade, si ce n’en sont pas vraiment, ils tenteront quand même de bien vous faire peur, NE LEUR PARLEZ PAS !

 

 

Voilà je crois avoir fait le tour de tous les spécimens :p